Jean-Luc Hudry : Conférencier professionnel expert en optimisme opérationnel, changement, motivation, leadership

Management : Penser différemment fait toute la différence !

Management : Penser différemment fait toute la différence

Jean-Luc Hudry, conférencier professionnel

 

– Déjà 7 ans que vous êtes dans la société ? Raphaël, je suis heureux que l’on prenne un peu de temps pour mieux se connaître. Alors, ça se passe bien pour vous, vous êtes content à la compta ?

Non ?!  Ah bon… qu’est-ce qui ne va pas ?

Pardon ? Vous vous ennuyez comme… comme un rat mort ?

Allons bon… et vous en avez parlé à quelqu’un ? Non ? Mais pourquoi ne dites-vous rien ?

Parce que c’est comme ça et qu’il n’y a rien à faire ?

Raphaël, on peut prendre un café ?

Rendez-vous

Les deux hommes s’attablent :

– On fait bien de se parler Raphaël, je viens d’arriver dans l’entreprise et, en vous croisant de temps en temps, je pensais que tout était ok pour vous. Vous êtes très agréable, poli, serviable, compétent. Jamais un mot de travers ou un conflit, tout le monde ici vous apprécie. Si j’ose dire, vous êtes un ange… Raphaël 🙂

Un ange peut-être un poil trop discret.

– Vous savez Jean-Luc, dans les PME, le comptable est rarement un marrant. Je suis pro et j’adopte le comportement qu’on attend d’un comptable, voilà.

– Je comprends. Alors, qu’est-ce qui cloche, pourquoi vous ennuyez-vous ?

– Euh… disons que j’ai fait le tour de la fonction, les tableaux de bord, les bilans, ça fait longtemps qu’ils ne m’excitent plus. En fait… dans mon job, je rêve d’autre chose.

– Ahh… et de quoi rêvez-vous ?

– Vous n’allez pas le croire, je rêve… je rêve d’être en contact avec les clients !

C’est bien la compta, j’aime ça, c’est ma vie, mais, au fond, et même si je l’ai toujours caché, je suis un actif, j’aime voir des gens, j’adorerais préparer mes arguments de vente et les dérouler pour convaincre. Et même si je me fais engueuler par un client, ce n’est pas grave, je sais le rattraper, je sais comment satisfaire les clients. J’adore ça.

Mais bon… c’est du rêve.

Du rêve ?

– Pourquoi dites-vous ça ?

– Parce que je suis comptable depuis l’an 40, et que je terminerai comptable, voilà. C’est évident.

– Qu’est-ce qui vous fait penser que vous seriez comme un poisson dans l’eau au contact des clients ?

– Tout !

D’abord, même si je ne l’ai jamais dit, c’est en moi. Je sais faire. Plus jeune j’ai fait beaucoup de vente, je m’éclatais, ça marchait fort, j’aurais vendu la Tour Eiffel. Et en prime l’Arc de Triomphe. Mais, bon, ça remonte à Mathusalem. J’ai renoncé à mon rêve et c’est ainsi. Il y a des tonnes de gens dans ce cas. Et puis…

Et puis non… je ne sais même pas pourquoi je vous dis tout ça. Quand on est sur des rails on ne quitte pas les rails sinon on se plante.

– En êtes-vous si certain ?

– Beh… oui, c’est comme ça. Chacun a son parcours balisé. Et je ne vois pas comment on pourrait faire autrement.

– Et si on tentait quand même ?

– Je ne vous suis pas.

– Raphaël, vaut-il mieux quelqu’un bien dans ses baskets, qui trouve du sens à son job, qui s’engage et bondit du lit le matin, qui arrive au bureau avec un sourire communicatif et sans faire une tête de six pieds de long ou quelqu’un qui fait ce qu’il a toujours fait, ni plus ni moins, qui vient travailler parce qu’il faut bien payer le loyer, parce que « c’est comme ça » – comme vous dites – et que personne – pas même lui – n’a imaginé penser différemment ?

– Le premier, bien sûr… mais c’est pas moi ça, je serais plutôt le deuxième !

– Penser différemment, c’est voir les choses avec un regard neuf, inhabituel, pour mieux comprendre les situations, élargir sa vison du sujet et donc mieux décider.

– D’accord, mais qu’est-ce que ça veut dire dans mon cas ?

– Ça veut dire que j’ai la responsabilité de cette entreprise.

Et qu’il n’est ni agréable, ni satisfaisant, ni productif d’entendre un collaborateur dire qu’il s’ennuie comme un rat mort. Et c’est encore pire de l’entendre dire que les choses sont figées, que « c’est comme ça », que rien ne bougera jamais car chacun est comme une moule accrochée à son rocher.

Ce n’est pas vrai, on peut voir les choses autrement et, en tout cas, ne pas renoncer avant d’avoir mis les cartes sur la tables et redistribué le jeu. C’est ce que j’appelle penser autrement.

– Jusque-là, ok mais…

C’est quoi « penser autrement » ?

– Manager c’est savoir se remettre en cause, bousculer des raisonnements établis, inverser une problématique, revoir ses préjugés et regarder ce que tout cela donne. Mieux ou pas mieux ? Reste à arbitrer, mais sur une base plus large et plus solide que si l’on fait sempiternellement la même chose sans se challenger ni imaginer d’autres pistes.

Par exemple, contrairement à ce que vous disiez tout à l’heure Raphaël, ce n’est pas parce que vous êtes comptable que vous devez « finir » comptable. Ce n’est pas parce que vous avez une compétence et une expérience que vous ne pouvez pas en acquérir de nouvelles… ou en réactiver d’autres.

Bref ce n’est pas parce que « ça marche comme ça » que ça ne peut pas marcher autrement… et mieux.

Vous me parlez de rêve abandonné, de ce que vous auriez adoré faire au contact des clients, de votre jeunesse de vendeur et j’y suis très sensible. Et je me dis : bonjour le gâchis… simplement parce qu’on pense – vous compris – qu’un comptable doit être comptable jusqu’au dernier jour de sa carrière.

Raphaël, pourquoi ne pas imaginer autre chose, même si cela paraît décalé ? Une idée ne coûte rien tant qu’elle n’est pas mise en place. Le seul risque est qu’elle soit bonne ! Autrement dit, et si on pensait différemment, juste pour voir ?

– D’accord, mais comment ?

– Oh c’est simple. Si je manage avec mes réflexes habituels, je me dis qu’on a un bon comptable et qu’il faut le garder jusqu’à sa retraite. Il connaît tout de la société, il est apprécié et ce n’est pas à son âge qu’il va pouvoir faire autre chose puisque lui-même ne l’a pas envisagé.

Et si je m’attache à penser différemment, les mouches changent d’âne, une nouvelle évidence s’impose : vous et l’entreprise peuvent sûrement faire mieux que de constater votre désillusion et se lamenter sur ce que sont les choses. Au moins cela vaut le coup d’essayer.

– Euh… conclusion ?

– Conclusion : lundi en 15 vous êtes un de nos vendeurs.

– Sé…sérieux ? Vous feriez-ça ? Vous feriez VRAIMENT ça ? Je n’arrive pas à y croire…

– Parce que vous pensez comme vous avez toujours pensé !

– Et qui va me remplacer ?

– On propose le poste à Virginie, ça tombe bien, elle n’attend que ça, elle va être folle de joie, j’en mets ma main au feu.

Voyez-vous Raphaël, penser différemment, c’est ouvrir les fenêtres pour se créer de nouvelles opportunités. La preuve : non seulement vous pourriez enfin vous éclater dans votre job mais en plus, Virginie, elle aussi serait sacrément boostée. Et l’entreprise aurait deux collaborateurs plus heureux. Vais-je vous dire qu’elle s’en plaindrait ?

Allez, fin de la pause ! Réfléchissez 48 heures et dites-moi lundi si vous êtes fermement et durablement décidé à empoigner votre rêve. Bon week-end Raphaël.

– Bon week-end Jean-Luc. Je crois que j’ai déjà la réponse…

Le lundi…

Le lundi, Raphaël confirme sa volonté de vivre son rêve professionnel. L’ex-comptable intègre l’équipe de vendeurs et en devient rapidement… le leader !

Histoire vraie. Seuls le prénom et la spécialité du salarié ont été modifiés.

Manager c’est savoir penser différemment dans tous les compartiments de la gestion des hommes et de l’entreprise. 1000 situations en donnent l’occasion, nous en reparlerons…

 

Plus d’infos en vidéo

Retour à l’accueil

 

Crédit photo : Salvatore Ventura