Conférencier de l'optimisme de terrain, Jean-Luc Hudry illustre son propos par des accessoires, ici, un aimant optimiste !

Conférence optimiste : L’optimisme dans l’entreprise, ça marche ! Mode d’emploi

Extraits de la conférence optimiste : « L’optimisme dans l’entreprise, ça marche ! Mode d’emploi. »

 

Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

Bienvenue à l’assemblée annuelle de notre entreprise commune, la célèbre Optimistes & co.

Aujourd’hui j’ai 2 nouvelles à vous annoncer : une bonne et une moins bonne.

Qui veut commencer… par la bonne ? … par la mauvaise nouvelle ?

Bon… il y a match, il faut donc trancher… allez… la moins bonne nouvelle, comme ça on sera débarrassés.

Cette moins bonne nouvelle c’est qu’en 2016, je dois vous rendre des comptes, en 2016 nos ventes ont chuté de 20% et nos carnets de commandes sont un peu comme mon crâne, pas vides, mais dégarnis.

La bonne nouvelle, c’est que grâce à votre talent, à vos efforts aussi, à votre ingéniosité, nous allons recevoir le Prix de l’innovation.

Voilà, le décor est planté.

 

Cette situation…

On la retrouve dans des quantités d’entreprises, et ce que je vous propose aujourd’hui c’est de voir 3 réactions classiques à cette situation.

A tout seigneur tout honneur, nous allons commencer par la réaction pessimiste.

Au fait, connaissez-vous cette pub : un homme visite un concurrent, c’est une grande surface et il est complètement ébloui par les carottes, les poireaux, les poivrons, les tomates… oh la la ça coûte 1 € et il appelle son patron au téléphone. Et que lui dit son patron ? Aïe aïe aïe on est mal, on est mal.

C’est ce qu’il se passe dans une entreprise lorsque les ventes chutent, ce qui est notre cas, je vous le rappelle.

Alors que se passe-t-il quand on est mal ?

On a peur.

Et lorsqu’on a peur ?

On est pessimiste.

En étant pessimiste, on va se tourner des films, s’inventer une série de catastrophes plus ou moins imaginaires et l’on se dit que nos -20% vont finalement devenir -25%, puis -30%… oh… et puis il va peut-être y avoir une charrette… ohhhh….  et je serai peut-être dans la charrette finalement…

C’est ainsi que l’on continue à se « pourrir » la vie.

Quel est le résultat ?

Dans l’entreprise plus personne ne bouge une oreille. Il y a des gens qui disent « moi, je fais mon boulot… il ne faut pas m’en demander trop…» et il y a aussi des gens à qui l’on demande de prendre une initiative et qui ne le veulent pas. Ils sortent le parapluie : « Voyez Jean-Pierre, lui il sait faire ».

Alors, quel est le résultat de tout cela, de ce comportement pessimiste ? C’est extraordinaire, le pessimisme arrive, puisque plus personne ne bouge une oreille et que personne ne se remue, en quelque sorte, le pessimisme arrive à créer la situation qu’il redoutait au départ !

C’est-à-dire qu’en effet, la charrette qu’on redoutait à l’origine, les -20% qui deviennent -30%, -40%, -50%… il va y avoir une charrette et je suis dans la charrette… ça se produit finalement.

Donc à ce stade, croyez-moi c’est une réaction que l’on voit souvent, peut-être même dans nos rangs, je rappelle que nous travaillons ensemble, nous sommes ensemble chez Optimistes & co. Et parmi vous, je soupçonne quelques-uns de raisonner comme cela…

Mais très franchement, peut-on en faire une politique d’entreprise ?
Je ne le crois pas.

Voulez-vous que l’on raisonne pessimiste ? Le voulez-vous ?
Non !
Alors… ce boulet… parce que c’est un boulet, on va l’envoyer bouler justement.

Seconde réaction

Passons à la deuxième réaction : dans nos rangs, chez Optimistes & co., on la voit aussi souvent.

C’est le contraire de la première : c’est l’optimisme 100% pur sucre, la Rolls de l’optimisme, on est optimiste. Quoi qu’il arrive.

Vous connaissez probablement des gens qui sont dans cette optique.

Alors que se passe-t-il dans la situation à laquelle nous sommes confrontés : les -20% de vente ?

Si l’on rencontre un de ces spécimens optimistes quoi qu’il arrive, d’abord il est content et joyeux « on va s’en sortir ». Il est content.

Si vous lui demandez « alors ces -20% qu’en penses-tu ? » il répond « Je pense qu’on aurait pu faire -30% ».

« Ce n’est pas faux ! »

« Ce n’est pas faux mais comment va-t-on rebondir ? »

« Je ne sais pas, mais je suis très optimiste ».

« Mais alors, sur quoi fondes-tu ton optimisme ? »

« Sur le fait qu’on s’en est toujours sorti ! »

Cela, Mesdames Messieurs, cet optimisme-là, bien sûr il a un bon côté, il vaut mieux croire que l’on va s’en sortir que le contraire. Mieux vaut croire que nos ventes vont décoller comme un avion de chasse plutôt que le contraire. Sauf que voyez-vous, je l’ai testé en situation.

Quand j’étais jeune…

Ainsi, quand j’étais jeune – encore plus jeune ! 😉 – j’ai dû reprendre une entreprise familiale qui était en perdition. Elle n’avait plus que quelques semaines à vivre.

J’avais tellement envie, tellement envie de bien faire – j’ai fait 6 ans d’études de management mais on ne trouve pas dans les livres de management de recette miracle dans une situation comme celle-là – j’avais tellement envie de bien faire, de booster les équipes que je leur ai dit « on va être optimistes, on va s’en sortir, c’est bon les gars, on va s’en sortir ».

Ils m’ont écouté… poliment.

Puis, un homme s’est levé à un moment et m’a dit :

« Bon, je résume. Les clients n’achètent plus, les fournisseurs ne veulent plus livrer, le banquier manque de faire une syncope à chaque fois que vous l’avez au téléphone, on n’a pas de qualité, on n’a pas de produit marketing, vous êtes très optimiste… mais nous, on n’y croit pas ! »

C’est exactement le message que je voudrais vous transmettre aujourd’hui.

Voyez-vous, cet optimisme-là, croire que l’on va s’en sortir c’est bien… mais il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup mieux.

Parce que croire simplement que l’on va s’en sortir, c’est comme l’histoire du type qui tombe du 25ème étage : il arrive au 4ème et dit « jusque-là ça va ! » Evidemment, après… ça se complique…

C’est pourquoi, suite au discours qui n’avait pas fait ses preuves auprès des équipes, je me suis dit « si tu veux savoir  résister aux événements, résister à l’adversité, savoir piloter une entreprise, il va falloir creuser un tout petit peu. C’est ce que j’ai fait.

Troisième réaction

La méthode que je vais vous donner maintenant, puisque, vous l’avez bien compris, c’est la 3ème réaction à notre situation de départ, cette méthode-là a fonctionné. Non seulement dans le cadre de cette entreprise qui a survécu, qui a même été développée et que j’ai pu conduire pendant près de 20 ans, avec les équipes… car on ne conduit jamais tout seul.

Je l’ai conduite avec la confiance des équipes, (la confiance, un élément très très important dans l’entreprise).

En voici les 3 premiers piliers ce soir et pour ce faire je vais m’aider d’un accessoire.

Conférencier de l'optimisme de terrain, Jean-Luc Hudry illustre son propos par des accessoires, ici, un aimant optimiste !Cet accessoire est là.

Vous l’avez compris je vais promouvoir maintenant devant vous un optimisme pragmatique, de terrain, réfléchi, qui fonctionne, un optimisme porteur, un optimisme qui donne envie de se lever le matin, un optimisme qui vous booste vraiment.

Comment ça marche ?

(En montrant l’objet) : Est-ce que c’est un fer à cheval ?

Non ce n’est pas un fer à cheval… car l’optimiste n’est pas superstitieux.

Ça pourrait être un U, le U de unité : là on se rapproche un peu. Qu’y a-t-il de plus important que l’unité dans une entreprise quand tout le monde tire dans le même sens ?

Effectivement c’est important mais ce sera le sujet d’une autre conférence…

En vérité cet accessoire est… un aimant. Plaçons-le là… la haute technologie ça a du bon… 😉

Face à notre situation, je rappelle -20% de ventes + le Prix de l’innovation, regardons maintenant ce que va faire l’optimiste opérationnel. Dans un premier temps on va regarder ceci. (il sort un carton).

L’optimiste performant est celui qui sait prendre conscience de ça…  (…)

Quelques instants plus tard…

L’autre avantage, c’est qu’en voyant la réalité telle qu’elle est, vous pouvez développer une analyse qui conduit à trouver de bonnes solutions. Mais je vous mets en garde !

Parce que faire cela c’est excellent, à une condition : vous avez un vestiaire, vous avez votre affect : mettez votre affect au vestiaire. Et surtout ne vous demandez pas « qu’est-ce qu’il va se passer ? comment ça va se terminer ? qu’est-ce qu’on va devenir ? » parce que cela pollue votre raisonnement. (…)

Suite  : Donc, l’optimiste « ravi de la crèche », lui ne sait pas mais il pense que l’on va s’en sortir.

Mais nous, on fait autre chose. (…)

Un peu plus loin dans la conférence :

Mesdames Messieurs, çela a marché. Si bien marché que je vous le recommande. Et comme vous allez rentrer dans vos provinces, vous venez de toute la France, vous êtes ici des centaines, vous allez pouvoir colporter cette méthode et l’utiliser pour vous-même d’abord mais aussi pour vos collaborateurs, vos collègues par ailleurs. (…)

Le conférencier de l'optimisme apporte des solutions, donne des clés ! Jean-Luc Hudry adore ça, le public aussi ! Une clé précieuse :

(En montrant la clé) : Qu’est-ce qu’il y a de marqué ? Solution !  Regardez-la cette clé. (…)

(La clé passe de main en main dans la salle + ci-après 2 derniers extraits de réponses du public) :

« Créer un club utilisateurs »

« Les clients nous disent que le produit est fragile, donc mettre en place un service qualité »

Très bien, on peut continuer encore mais que retenez-vous de cela ?   (…)

Question : qu’est-ce que c’est qu’une entreprise bien gérée ?

C’est une entreprise où les équipes frémissent, bougent, où elles ont envie de se lever le matin.

Exemple : Quand vous demandez un volontaire il y a 10 mains qui se lèvent.

Ce sont aussi des entreprises où chacun est un Solutionneur (…)

Si vous prenez cette méthode, si vous la cultivez et la diffusez, alors elle va vous permettre de soulever des montagnes. (…)

Avant de se quitter…

Dites-moi… nous sommes chez Optimistes & co., des gens dynamiques qui ont la pêche. Alors, on va dire 3 fois « L’optimisme ça marche » :

Et il faut qu’on vous entende jusqu’aux Champs-Elysées… pour commencer !

L’année prochaine on fera mieux car il est important de toujours aller vers le mieux…

(Le public debout)  :

L’optimisme ça marche
Oui, l’optimisme ça marche
Décidément, l’optimisme ça marche !

Merci… bonnes ventes et bon vent.

Vous aimez cette vidéo ? Partagez-la 🙂

Jean-Luc Hudry : Des conférences optimistes et porteuses.
Contactez-le ici