ON EN PARLE

Suivez toutes nos actualités

21 Juin

Ressources humaines : Doit-on se rendre conforme à ce que l’entreprise attend de nous ?

Jean-Luc Hudry interviewé par le blog RH Expectra

Interviewé par Expectra, le blog de référence pour les managers, cadres et agents de maîtrise spécialisé dans les ressources humaines, on m’a demandé si l’on devait se rendre conforme à ce que l’entreprise attend de nous. Ci-après ma réponse suivie de celle d’Eve Matesanz.

Bonne lecture de l’article Ressources humaines : Doit-on se rendre conforme à ce que l’entreprise attend de nous ?

Avec la libération des sociétés et des mentalités, les besoins et les comportements évoluent. Il est à se demander si le collaborateur doit encore se conformer à ce que l’entreprise attend de lui.

Deux experts nous partagent leur point de vue sur le sujet.

Oui, il faut se conformer à ce que l’entreprise attend de nous.

Jean-Luc Hudry interviewé par le blog RH Expectra
Jean-Luc Hudry, conférencier en optimisme opérationnel

Une entreprise performante et des collaborateurs « bien dans leurs baskets » résulte d’un premier principe : la volonté réciproque d’établir une relation mutuellement fructueuse. Sans démagogie, ni naïveté et avec la claire conscience que chacun apporte quelque chose à l’autre. Se conformer aux attentes de l’entreprise devient donc plus facile, naturel, et conduit à créer de la valeur humaine et économique »

Jean-Luc Hudry, conférencier professionnel, spécialiste en optimisme opérationnel, confiance et changement, après avoir été chef d’entreprise pendant vingt ans.

Pour Jean-Luc, se conformer aux attentes de l’entreprise est d’autant plus pertinent que le collaborateur est en phase avec les valeurs de l’entreprise et avec les siennes. Il détaille sa vision :

Le meilleur moyen d’être engagé dans son travail, c’est d’aimer ce que l’on fait, c’est-à-dire comprendre ce qui est demandé par l’entreprise et où cela mène. C’est trouver du sens à son action. Lorsqu’ils sont en recherche d’emploi, les candidats gagnent donc à s’assurer que l’employeur potentiel répond à leurs valeurs et leurs aspirations. Ce point est crucial.

En effet, lorsqu’il y a divergence entre les valeurs véhiculées par l’entreprise et celles propres au collaborateur, le résultat est inévitablement décevant pour les deux parties. A l’inverse, tout change dès lors qu’il y a entente sur des valeurs de base. »

Se conformer à une entreprise n’est pas nécessairement un frein, cela peut être un gage de partage et de grande réussite.

Le deuxième principe est de penser autrement. Se conformer n’empêche pas, bien au contraire, un collaborateur d’être créatif et de savoir penser autrement. C’est un atout qui permet, pour une même situation, d’enrichir sa vision de la situation et d’être force de proposition dans le respect des valeurs de l’entreprise. »

De ces deux principes naît l’adéquation entre un collaborateur et un employeur. Encore faut-il que l’entreprise soit d’accord pour que l’on puisse proposer des approches nouvelles et sortir un peu du cadre.

Si ces deux conditions, d’une part être en accord avec les valeurs de l’entreprise et ses propres aspirations, et d’autre part de savoir penser autrement pour mieux proposer, alors on se conforme à ce que l’entreprise attend de nous, mais cela dans un but commun. »

En résumé, se conformer à ce que l’entreprise attend de nous peut permettre d’avancer ensemble et de contribuer à un développement interne optimal. Sur ce point, notre second expert tranche en faveur de la non-conformité.

Non, il faut être force de proposition pour se démarquer dans un milieu professionnel très concurrentiel.

Eve Matesanz interviewée avec Jean-Luc Hudry
Eve Matesanz

Une entreprise, qu’elle soit grande ou petite, est davantage qu’un groupe humain. Une entreprise est une institution. Elle institue des rôles et des rapports entre ses collaborateurs. Elle engrange une culture du fait de son histoire et de ses réalisations. Cette culture est celle d’un savoir vivre ensemble qui se développe pour réaliser le savoir-faire.

Cela dit, il est contre-productif de vouloir engager des collaborateurs qui soient en conformité a priori avec l’institution. Comme il ne faut pas empêcher les collaborateurs actuels d’évoluer comme évolue naturellement le vivant et de faire évoluer l’institution »

Eva Matesanz, chargée d’enseignement universitaire en psychodynamique, conseille les directions des ressources humaines et les directions générales d’entreprises.

Car pour Eva, collaborateur comme entreprise doivent être innovants et non conservateurs. Et si l’on s’en tient à ce que l’entreprise attend de nous, il est difficile d’avancer.

J’ai vécu des rachats, des transferts d’activité, des fusions, des restructurations. Ce sont les collaborateurs les moins attachés à leur statut, à l’historique ou à un mode de fonctionnement trop marqué par la « norme sociale » qui ont constitué mes équipes-projet d’accompagnement des transitions à partir de leur lieu de travail et sur le champ.

Nous constituions un réseau soudé d’acteurs du changement au naturel ».

Face aux problèmes croissants de recrutement et aux transformations digitales, l’entreprise ne doit pas s’attendre à ce que le collaborateur se conforme à elle, elle doit plutôt s’adapter à lui.

Ce sont les écarts des collaborateurs qui permettent d’instituer, non seulement de nouveaux choix industriels ou de services, mais aussi de nouvelles formes de travail collaboratif. Les rapports directs du community manager avec les clients d’une grande marque étaient impensables il y a quelques années ! »

La conformité peut être un frein alors qu’en se complétant, collaborateurs et entreprises, peuvent y gagner beaucoup.

J’avais moi-même dans mon équipe une assistante qui faisait un travail formidable de codage spécifique autour des bases de données de l’entreprise. Elle manquait de tact, voire était rejetée des interlocuteurs qu’elle bousculait par son « mauvais caractère », d’après eux. J’ai pu mettre en évidence sa compréhension lucide et active du « business ». Je l’ai faite passer cadre et elle occupe aujourd’hui la direction de l’activité marketing d’une importante branche pharmaceutique ».

En somme, le collaborateur ne doit se conformer à l’entreprise seulement sous certaines conditions. Toutefois, il faut veiller au développement professionnel et personnel de chacun dans cette innovation, afin que le collaborateur puisse se démarquer sereinement en entreprise.

Intéressé par enrichir vos connaissances en matière de ressources humaines, cliquez ici

Lire d’autres articles

Une incroyable histoire d’homme et d’entrepreneur au service de vos équipes. Jean-Luc Hudry est plébiscité pour le contenu riche et la forme originale de ses conférences. Accessoires, anecdotes, et humour y sont des invités permanents. Son énergie communicative fait le reste. A 27 ans, tout va bien pour lui. 6 ans d’études de management et la voie royale dans une société américaine. Soudain, l’Adversité bouleverse sa vie : la PME familiale sombre et va vite disparaître. Il quitte alors son poste et devient du jour au lendemain, un entrepreneur confronté à l’enjeu écrasant de tenter de sauver des dizaines d’emplois et le patrimoine de ses parents. Passant par tous les postes, il développe un management inspirant fondé sur un optimisme opérationnel « orienté Solutions » et réussit l’impossible : sauver la société au point de la conduire près de 20 ans, manageant au total plus de 1000 personnes. Mais l’adversité s’acharne et bouleverse encore sa vie via une seconde histoire, inouïe et à l’enjeu vital. De celles qu’on ne souhaite pas à son pire ennemi. Pas le choix, il doit à nouveau affronter les événements les plus durs et rebondir ou… Pendant des années, il persévère, raisonne Solution et transforme les épreuves en opportunités, le stress en énergie, le pessimisme en une détermination qui soulève les montagnes. Et il obtient, là encore, de retentissants succès que personne – absolument personne – ne croyait possibles. Surnommé « le Solutionneur », il est aujourd’hui suivi par des milliers de personnes qui s’approprient ses clés du mieux-vivre dans leur vie personnelle et professionnelle. NOUVEAU : "Ca va comme un Samedi... même le Lundi" est le premier livre sur l'optimisme pratique au bureau et dans la vie personnelle. Conférencier labellisé et membre de l'AFACE. Il est aussi speaker de la Ligue des Optimistes de France et son délégue pour Paris. En résumé, Il aide vos équipes à mieux être et à mieux faire : Optimisme opérationnel, Changement, Motivation, Cohésion et Leadership.