ON EN PARLE

Suivez toutes nos actualités

27 Mai

Résilience et Motivation : Histoire vraie (13)

Jean-Luc Hudry, auteur histoire vraie

Résilience et Motivation sont au coeur de ce treizième épisode.

Entrons sans tarder dans le vif du sujet : Alors, Stop ou Encore ? Ou quand la résilience et la motivation se conjuguent…

Lire l’histoire depuis le début : Craquer ou pas ? L’incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre

Lire le chapitre précédent : Dépassement de soi, Histoire vraie (épisode 12)

Résilience et Motivation : suite de cette incroyable histoire vraie

21) Stop ou Encore ?         

 Stop, c’est s’arrêter là.

Jeter l’éponge, économiser énormément de temps, d’argent, de sueur, de nuits blanches et rester sur une victoire de prestige car « on parle » dans les petites villes.

Dès que connue, la condamnation du vendeur se répandra comme une traînée de poudre, Patrick passera du stade de pestiféré qui a fait faillite à celui du fortiche ayant réussi à faire condamner le roi. Même si, complètement dépassé, il a laissé Michel se dépatouiller de A à Z pour obtenir justice dans l’intérêt des trois autres associés, tout aussi dépassés.

Donc, STOP c’est la victoire de l’ego et une « courte » indemnisation.

Mais que valent les victoires de l’ego ?

Pas grand-chose, d’autant qu’en rester là, c’est aussi montrer au banquier prêteur à Paris que l’indemnisation obtenue en Bretagne ne suffira pas à le rembourser et là… la tempête se lève.

En effet, cet homme a pouvoir sur tous les biens de Jeanne et Paul et peut donc leur tomber dessus aussi brutalement qu’un aigle royal sur une souris.

Pas top comme solution.

D’un autre côté, comment accepter qu’un rapport d’expertise aussi complet ne soit pas suivi par le Tribunal alors que c’est la règle 9 fois sur 10 ?

Comment accepter l’étrange coïncidence faisant que le vendeur qui joue sur son terrain, « à la maison », ne s’en tire finalement qu’avec un minimum de dégâts ?

Enfin, et surtout, il y a cette valeur fondamentale, cette niaque, cette haine du renoncement et cette soif de peser sur les choses qui animent Michel depuis toujours.

Cet acquis qui revient en lui comme la marée haute après la marée basse.

L'incroyable histoire vraie de Jean Luc Hudry conférencier en optimisme. Livre "Craquer ou pas ? L'incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre"

  Acquis n°35 : Va au bout de ce qui te paraît juste.

Agis comme si ta vie en dépendait.

Et repose-toi.

L’esprit tranquille.

Bien sûr, poursuivre le match en faisant appel de la décision du Tribunal signifie secouer le cocotier pour faire tomber de nouveaux billets : à nouveau, une telle procédure coûte le prix d’un long séjour dans un hôtel 5 étoiles !

Cela veut dire nouvelles privations, notamment pour Michel, devenu un expert de la gestion financière professionnelle et personnelle serrée.

Qu’à cela ne tienne, il serrera encore plus une ceinture qui n’a depuis longtemps plus aucun trou disponible.

Pourtant, c’est décidé, ce sera ENCORE.

Michel décide donc de poursuivre son voyage pédestre en Chine – obtenir justice et une solide condamnation du vendeur – malgré tous les obstacles qui, une fois de plus, parsèment son chemin.

La famille fait donc appel de la frustrante décision du Tribunal, en sachant :

–           qu’il y en a encore pour des mois et des mois.

–           que c’est encore son représentant, Michel l’éternel pompier de service, qui va porter tout ça.

Ainsi, dans cette combinaison d’histoires, celui qui n’y est pour rien est celui qui paie le plus.

Finalement, les ennuis pleuvent.

Les associés dégustent.

Et Michel trinque.

Dans d’invraisemblables proportions.

Sa décision (ENCORE au lieu de STOP) surprend et courrouce Miss Cata qui pensait voir la famille un genou à terre (et même les deux).

Les naseaux de Miss Cata fument :

OK, tu veux te battre, eh bien, bats-toi jusqu’au bout puisque c’est ton engagement, tes « valeurs » comme tu dis. Môsieur Michel joue les hommes de parole… aaahhh… tu m’amuses… mais tu seras déçu. Réfléchis, il te faudrait un évènement extraordinaire pour que la Cour d’appel corrige le Tribunal, et tu n’en as aucun ! La Cour va confirmer la décision et basta ; tu auras bonne mine d’avoir bataillé des années en plus pour ramasser trois prunes, et encore. C’est simple, tu as autant de chances d’obtenir ce que tu veux en appel que l’équipe de France de foot de gagner le Mondial brésilien, tu vois le genre…

Traduction : « n’attends pas de miracle de la Cour d’appel, c’est la Cour des miracles qui te fera appel ».

Le plus énervant avec cette diabolique voix intérieure, c’est qu’elle dit parfois des choses justes, mais qu’elle se démène pour bloquer toute réaction, toute envie d’agir, toute influence sur ces choses.

Comme si elle criait : « attention, le loup ! » et faisait tout pour empêcher de s’en protéger.

Ça a marché de longues années avec Michel, au début de leur relation, elle rentrait dans sa tête comme dans du beurre.

Mais ça, « c’était avant ».

L’eau a coulé sous les ponts, et bien qu’elle le frappe de toutes ses forces, comme si elle fracassait une massue sur un rocher en tapant, tapant et tapant encore pour le fendre en deux, rien à faire, le rocher se fend mais ne cède pas.

Grâce à ses acquis, dont celui-ci :

L'incroyable histoire vraie de Jean Luc Hudry conférencier en optimisme. Livre "Craquer ou pas ? L'incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre"

 Acquis n°36 : Tant que tu peux te mouvoir, profites-en, avance.        

Michel reçoit le message 5 sur 5 et reprend donc sa route vers la Chine.

La première chose est de replonger dans le dossier à présenter devant la Cour d’appel.

Complètement immergé, comme en apnée, il l’examine sous toutes les coutures. Et y met tout ce qu’il a appris depuis qu’il a joué les Columbo dans cette affaire et découvert le pot aux roses.

Entre-temps, Adversité poursuit son chantier de destruction de sa famille.

Ce serait si fun si elle pouvait l’empêcher de défendre ses chances en appel en lui coupant les munitions, c’est-à-dire, l’argent, le nerf de la guerre.

Pour cela, elle adresse à sa famille une avalanche de problèmes financiers. Car la faillite du magasin de Bretagne coûte une fortune à Jeanne et Paul qui se retrouvent sur la paille aussi sûrement que l’enfant Jésus dans la grotte de Bethléem.

Non seulement ils règlent à fonds perdus les dettes personnelles accumulées par Patrick et Martine (c’est encore Michel qui s’en charge !) mais assument aussi les frais et remboursements de tous ordres, une pyramide de dépenses.

Leurs carnets de chèques demandent la mi-temps, leurs CB l’arrêt complet de la partie, mais il y a toujours quelqu’un à payer à un moment donné.

Sauf eux, bien sûr.

Sur tous les fronts, les découverts sont longs comme un jour sans pain, les banquiers manquent plusieurs fois d’avaler le téléphone, en un mot : poussez-pas, il n’y en aura pas pour tout le monde.

Alors que faire ?

Gagner du temps, gérer au plus près.

Comment faire quand on a 100 et que l’on doit 500 pour continuer à tourner ?

Impossible ?

Si, c’est possible.

Michel y parvient, perfectionnant des techniques incroyablement efficaces au quotidien et qui ne s’inventent pas.

Pas de formule miracle évidemment, mais l’observation des choses et des comportements humains pour gérer au mieux la pénurie.

Mais s’il veille sur les euros de sa famille comme un gardien de musée sur la pendule, en l’espèce, c’est le cas de le dire, il pointe aux abonnés absents.

Au fil du temps, pour assurer la survie de tous, il est devenu une sorte de bénévole permanent, la Mère Teresa de la famille, luttant en permanence pour les autres.

Pas simple.

Or Miss Cata voudrait bien qu’il rende définitivement son tablier, qu’il hurle sa volonté de changer de crèmerie. Eh oui, ce serait trop beau, si Michel abandonnait, il entraînerait sa famille dans la chute finale.

C’est la chute finaaaaale, groupons-nous et demaiiiin… lui chante la diablesse.

Mais Michel connaît la musique, du pipeau cette approche de Miss Cata, de la poudre aux yeux, une simple tentative de déstabilisation.

Malgré les dizaines de problèmes envoyés par Adversité depuis 15 ans, elle n’a toujours pas réussi à abattre cette petite famille qui fait de la résistance et lui botte même les fesses assez souvent.

Boit-elle de la potion magique, cette fichue famille, ou, avec le temps (et l’entraînement) a-t-elle compris et appliqué-t-elle cet acquis universel ?

L'incroyable histoire vraie de Jean Luc Hudry conférencier en optimisme. Livre "Craquer ou pas ? L'incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre"

Acquis n°37 : Sois en paix avec toi-même et tu ne seras détruit ni par tes échecs, ni par tes réussites

Les uns et les autres sont des expériences de vie.

Les uns et les autres sont temporaires et de passage.

Comme toi.

Convaincu par cet enseignement, Michel file droit et se prépare à recevoir un nouveau pavé en pleine face car le match se poursuit.

Bien vu, c’est exactement ce que lui a préparé Adversité, une série de nouvelles flèches empoisonnées.

De vrais supplices chinois.

Rendez-vous le week-end prochain pour découvrir la suite de cette histoire vraie mêlant le monde des affaires, l’humain, et de multiples composantes du management des hommes et des situations.

Résilience, Motivation et émotions au programme.

Jean-Luc Hudry, conférencier professionnel
Jean-Luc Hudry, conférencier, auteur, 20 ans chef d’entreprise

Les 52 acquis de cette histoire 100 % authentique aident vos proches à mieux vivre les évènements. Partagez-les avec eux.

Retour aux conférences


Reprendre cette histoire vraie de Résilience et Motivation depuis le début : L’optimisme transcende l’adversité


Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Jean-Luc Hudry

Une incroyable histoire d’homme et d’entrepreneur au service de vos équipes. Jean-Luc Hudry est plébiscité pour le contenu riche et la forme originale de ses conférences. Accessoires, anecdotes, et humour y sont des invités permanents. Son énergie communicative fait le reste. A 27 ans, tout va bien pour lui. 6 ans d’études de management et la voie royale dans une société américaine. Soudain, l’Adversité bouleverse sa vie : la PME familiale sombre et va vite disparaître. Il quitte alors son poste et devient du jour au lendemain, un entrepreneur confronté à l’enjeu écrasant de tenter de sauver des dizaines d’emplois et le patrimoine de ses parents. Passant par tous les postes, il développe un management inspirant fondé sur un optimisme opérationnel « orienté Solutions » et réussit l’impossible : sauver la société au point de la conduire près de 20 ans, manageant au total plus de 1000 personnes. Mais l’adversité s’acharne et bouleverse encore sa vie via une seconde histoire, inouïe et à l’enjeu vital. De celles qu’on ne souhaite pas à son pire ennemi. Pas le choix, il doit à nouveau affronter les événements les plus durs et rebondir ou… Pendant des années, il persévère, raisonne Solution et transforme les épreuves en opportunités, le stress en énergie, le pessimisme en une détermination qui soulève les montagnes. Et il obtient, là encore, de retentissants succès que personne – absolument personne – ne croyait possibles. Surnommé « le Solutionneur », il est aujourd’hui suivi par des milliers de personnes qui s’approprient ses clés du mieux-vivre dans leur vie personnelle et professionnelle. NOUVEAU : "Ca va comme un Samedi... même le Lundi" est le premier livre sur l'optimisme pratique au bureau et dans la vie personnelle. Conférencier labellisé et membre de l'AFACE. Il est aussi speaker de la Ligue des Optimistes de France et son délégue pour Paris. En résumé, Il aide vos équipes à mieux être et à mieux faire : Optimisme opérationnel, Changement, Motivation, Cohésion et Leadership.