ON EN PARLE

Suivez toutes nos actualités

16 Mai

Burn out, le burn sans le out (11)

Jean-Luc, auteur histoire vraie

Depuis quelques épisodes, l’adversité et “Miss Cata” (cette petite voix intérieure) s’en donnent à coeur joie. Elles redoublent d’ingéniosité pour faire craquer Michel. Mais bien que le burn-out rôde, notre ami n’a pas dit son dernier mot…

Bonne découverte de l’épisode 11 : Burn out, le burn sans le out

Lire l’histoire depuis le début : Craquer ou pas ? L’incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre

Lire l’épisode précédent : Comment trouver la motivation en soi

19) En Chine à pied

Pour faire reconnaître la tromperie, Michel est prêt à tout, il irait en Chine à pied.

Et la Chine, c‘est d’abord le Tribunal de Commerce d’une ville de Bretagne, région où le vendeur exploite ses grandes surfaces.

Michel part donc pour la Chine, équipé du meilleur acquis possible : le rapport favorable de l’expert.

Il y a bien eu grave tromperie des acheteurs par le vendeur (dol).

Un rapport en 2 volumes, épais comme un bottin. Une argumentation 5 étoiles que le Tribunal n’a plus qu’à suivre, comme cela se fait 9 fois sur 10.

Ainsi le vendeur va devoir ouvrir sa tirelire et saigner son cochon pour indemniser ses amis de trente ans. Sauf qu’il ne l’entend pas de cette oreille et n’a nulle intention de jouer le bétail en route vers l’abattoir.

Jamais finie, la bataille reprend donc en l’attente du passage devant le Tribunal. Et comme on ne change pas une stratégie gagnante, et que l’enjeu est toujours aussi important, Michel s’y recolle à 200 %.

En effet, ce n’est pas le moment de rater la cible, le vendeur est en point de mire, il a anéanti ses parents, justice doit passer.

Voilà pour la théorie.

Mais dans la pratique, vivre ces moments est une autre affaire et l’occasion d’enrichir un sac d’acquis qui n’en finit plus de grossir.

Semaine après semaine, au rythme des attaques et contre-attaques entre adversaires, Michel est convié au festival des émotions fortes. Car tout procès est une histoire dans l’histoire, avec ses rites, ses règles, ses surprises, ses imprévus et ses épilogues forcément douloureux pour quelqu’un.

Coups au cœur, au ventre, à l’estomac garantis. Coups bas aussi car le droit est parfois tordu.

Pour Jeanne et ses rejetons, l’enjeu est capital et le procès plus qu’éprouvant. D’autant que s’y ajoute la collection, la pile des autres procédures en cours, et rares sont les jours où une « dernière nouvelle » n’arrive pas sur un dossier ou un autre.

Tenir.

Il faut tenir.

Tenir ou mourir, il n’y a pas d’autre alternative.

Il faut garder le moral pendant l’épreuve, sauter d’un dossier à un autre en restant lucide, développer une vision sur l’ensemble de la situation et ne surtout pas rester la tête dans le guidon. Maîtriser ses pensées, s’autoriser à perdre pied sous l’effet d’une mauvaise nouvelle mais à remonter très vite à la surface, cela s’apprend !

À l’époque, c’est ce que fait Michel depuis déjà… 15 ans.

15 ans qu’il apprend à cohabiter avec un stress phénoménal et, pour être efficace, à déstresser en même temps. Quinze ans qu’il a 100 raisons d’entrer en dépression, 15 ans qu’il trouve 101 raisons pour ne pas franchir cette porte.

Quinze ans qu’il est le typique client burn out», 15 ans, qu’il subit le burn mais jamais le out.

Tous ces exercices d’équilibristes construisent autour de lui une sorte d’igloo, une épaisseur protectrice qui lui permet d’avancer, vaille que vaille.

D’ailleurs le punching-ball avec le vendeur s’intensifie, la Poste, les huissiers, le téléphone et les fax ne savent plus où donner du message, il y a surchauffe.

C’est comme ça, année après année, qu’il apprend l’art de recevoir puis de répliquer efficacement à l’argumentation adverse.

Comme ça aussi qu’il engrange et accumule les expériences, les trucs et astuces pratiques hérités du terrain, bref les acquis qui aident bigrement dans les situations de la vie.

Notamment quand un conflit ou un litige surgit.

Au cœur de celui-ci, comme un mort de faim, il puise et re-puise dans ses acquis pour mettre en place l’attitude gagnante, la bonne tactique, celle qui le fera tenir et finalement marquer un but de plus que son adversaire.

Parmi eux :

L'incroyable histoire vraie de Jean Luc Hudry conférencier en optimisme. Livre "Craquer ou pas ? L'incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre"

Acquis n°29 : Pour bien répliquer, apprends d’abord à encaisser.

Accepte que l’autre défende par écrit des positions qui te font bondir. Ne compte pas les jours, ne te ronge pas les ongles en attendant qu’elles arrivent (les conclusions).

Une fois arrivées, lis ces « écritures » sans sursauter à chaque page devant une inexactitude, un mensonge, ou de la mauvaise foi… tout cela n’est qu’un jeu, celui de l’adversaire.

C’est ensuite :

L'incroyable histoire vraie de Jean Luc Hudry conférencier en optimisme. Livre "Craquer ou pas ? L'incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre"

Acquis n°30 : Tu veux contre-attaquer efficacement, lève le nez du guidon.

Par exemple : réponds avec le calme des vieilles troupes. Trouve la faille dans le dossier adverse, rien n’est jamais parfait. Ne traite que les arguments qui le méritent, sans être contrarié de laisser les autres.

Abstiens-toi de toute formule bien sentie, « et vlan, prends ça vieux grigou, fripouille, va-nu-pieds, menteur, voleur, etc. » : elles te défoulent sur le moment mais sont inefficaces.

Réagis vite et fort, dans la sérénité, sans confondre vitesse et précipitation.

On a fait le tour là ?

Pas encore, car un autre acquis le rappelle, dans tout conflit :

L'incroyable histoire vraie de Jean Luc Hudry conférencier en optimisme. Livre "Craquer ou pas ? L'incroyable histoire vraie qui améliore la vôtre"

Acquis n°31 : Sois honnête avec toi-même : mettrais-tu ta main au feu que ta position est juste à 100% ?

En un mot, apprends à arbitrer entre ta volonté de torpiller l’adversaire et l’indispensable objectivité sur les faits… le plus difficile.

Et méticuleusement, Michel s’applique ces principes à lui-même.

Sa course de fond est engagée pour éviter à sa famille de le toucher, ce fond. Ce n’est pas la porte à côté la Chine, le chemin est long et tortueux.

Il doit courir, courir à en perdre haleine, être présent à chaque épisode du conflit, sur tous les sujets, sans en laisser filtrer un seul, donner le meilleur en permanence pour espérer.

Dureté de l’existence : devoir subir tout ça, en plus du reste, porter un sac de problèmes où se glisse un nouveau dès qu’un ancien sort.

Au final, mener une telle vie pour… seulement espérer ? Mais espérer quoi ?

Une indemnisation, une réparation financière dont on sait dès le départ qu’elle sera incomplète.

Mais même incomplète, elle est vitale.

Voilà la carotte.

Quant aux bâtons, on pourrait jouer au Mikado, tellement ils sont nombreux, l’un faisant bouger l’autre : mots d’amour des huissiers, procès divers en cascade, appels empressés de créanciers affolés, banquiers transformés en pitbulls, la liste est longue.

Fais ce qui doit être fait, même si cela te coûte.

Comme des moules à un rocher, Michel s’accroche à cette valeur, à cet acquis fondamental, déjà cité.

Il a une mission, un engagement moral, une exigence personnelle, aller jusqu’au bout de ses missions, au bout de cette incroyable histoire, quel qu’en soit le résultat. Il ira, cela est non négociable.

Alors comme Columbo, il s’arme de patience, (tout est si long en matière de justice) et avance ses pions, l’un après l’autre.

Une véritable partie d’échecs.

Dans la région, il passe pour un fou.

Car le fou attaque le roi.

Le roi de la grande distribution.

Michel devient le fou du roi.

Du haut de sa tour, le roi riposte.

Et envoie ses cavaliers chargés d’arguments.

Mais le fou contre-attaque.

Affrontement à la hache, pour la survie.

Le roi veut gagner, enfouir le fou dans le puits.

Le Puy du Fou.

Or, le fou n’a qu’une idée, damner le pion au roi.

Mettre échec et mat le vendeur du magasin.

Un échec qui serait un succès.

Or il y a loin de la coupe aux lèvres car le roi est le plus fort, le plus puissant, le plus riche.

Pourtant, il a vacillé, l’expert judiciaire a enfoncé un coin de son armure, l’affaiblissant nettement.

Mais le roi a de la ressource, dans l’attente du passage au Tribunal, il met tout en œuvre pour repousser les arguments de son fou qui s’engouffrent dans la brèche ouverte par l’expert.

Alors le roi tente de réparer son armure et de colmater la déchirure mais Michel ne veut pas le laisser récupérer. À grands coups de papier noirci et d’exposés millimétrés, il force le passage, écarte la déchirure au maximum, pénètre le plus loin possible dans l’armure du roi.

Il appuie où cela fait mal, pour faire encore plus mal.

Michel vise le cœur.

Pas le roi de cœur, le cœur du roi.

Car ce roi-là est un as.

Un as qui pique.

Et veut laisser Michel sur le carreau.

Tout ayant été dit et échangé entre les adversaires, le jour J et l’heure H se profilent : la décision du Tribunal est annoncée.

C’est peu dire que toute la famille attend énormément de ce jugement dont dépend sa vie.

Il intervient en octobre 2000.

Trois cœurs à Paris, deux en Bretagne : cinq cœurs s’arrêtent de battre.

Rendez-vous le week-end prochain pour découvrir la suite de cette histoire vraie mêlant le monde des affaires, l’humain, et de multiples composantes du management des hommes et des situations. Et vous, avez-vous déjà vécu cette situation de burn sans le out ?

Les 52 acquis de cette histoire authentique aident vos proches à mieux vivre les évènements.

Partagez-les avec eux.

Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Jean-Luc Hudry

Jean-Luc Hudry, Conférencier en Optimisme opérationnel
JL Hudry, l’optimisme opérationnel chevillé au corps

Retour aux conférences

Une incroyable histoire d’homme et d’entrepreneur au service de vos équipes. Jean-Luc Hudry est plébiscité pour le contenu riche et la forme originale de ses conférences. Accessoires, anecdotes, et humour y sont des invités permanents. Son énergie communicative fait le reste. A 27 ans, tout va bien pour lui. 6 ans d’études de management et la voie royale dans une société américaine. Soudain, l’Adversité bouleverse sa vie : la PME familiale sombre et va vite disparaître. Il quitte alors son poste et devient du jour au lendemain, un entrepreneur confronté à l’enjeu écrasant de tenter de sauver des dizaines d’emplois et le patrimoine de ses parents. Passant par tous les postes, il développe un management inspirant fondé sur un optimisme opérationnel « orienté Solutions » et réussit l’impossible : sauver la société au point de la conduire près de 20 ans, manageant au total plus de 1000 personnes. Mais l’adversité s’acharne et bouleverse encore sa vie via une seconde histoire, inouïe et à l’enjeu vital. De celles qu’on ne souhaite pas à son pire ennemi. Pas le choix, il doit à nouveau affronter les événements les plus durs et rebondir ou… Pendant des années, il persévère, raisonne Solution et transforme les épreuves en opportunités, le stress en énergie, le pessimisme en une détermination qui soulève les montagnes. Et il obtient, là encore, de retentissants succès que personne – absolument personne – ne croyait possibles. Surnommé « le Solutionneur », il est aujourd’hui suivi par des milliers de personnes qui s’approprient ses clés du mieux-vivre dans leur vie personnelle et professionnelle. NOUVEAU : "Ca va comme un Samedi... même le Lundi" est le premier livre sur l'optimisme pratique au bureau et dans la vie personnelle. Conférencier labellisé et membre de l'AFACE. Il est aussi speaker de la Ligue des Optimistes de France et son délégue pour Paris. En résumé, Il aide vos équipes à mieux être et à mieux faire : Optimisme opérationnel, Changement, Motivation, Cohésion et Leadership.