ON EN PARLE

Suivez toutes nos actualités

21 Déc

Job : Les CV ne servent à rien. J’en ai envoyé des dizaines sans résultat !

Jean-Luc Hudry, conférencier professionnel, expert en optimisme

Job : Les CV ne servent à rien. J’en ai envoyé des tas sans résultat !

Trouver un job est parfois “sportif” .

Cet article fait un carton, notamment sur Linkedin.
La raison ? Il concerne tout le monde, vous, vos amis, vos enfants, seul votre grand père n’est pas vraiment concerné.
Et, sur le fond, il décrit les 3 premiers points d’une méthode très efficace pour trouver un emploi.

Celle que j’ai appliquée :
– comme salarié, après avoir essuyé des refus.
– comme chef d’entreprise, ayant épluché des milliers de CV et recruté plus de 1000 personnes.

Partagez-le tant il met le pied à l’étrier à ceux qui n’osent pas se lancer.
Et boostent ceux qui doutent.

Job : Les CV ne servent à rien. J’en ai envoyé des tas sans résultat !

Qui n’a jamais entendu cette complainte ?

Qui ne connaît dans son entourage, Martin ou Géraldine, qui, à tout âge, avec ou sans expérience, bombardent de CV de multiples employeurs “cibles” sans obtenir de résultat ? Quand les temps sont durs, et qu’il n’est pas évident de décrocher l’emploi de ses rêves, comme eux, beaucoup sombrent dans le pessimisme le plus noir.

Au bout d’un certain temps sans retombées positives, lassés, ils se découragent et finissent par conclure qu’ils n’y arriveront jamais, qu’ils ne comptent pas, que les recruteurs se soucient d’eux comme de leur première chemise, bref, que les CV ne servent à rien. La preuve, ils ne décrochent pas d’entretien d’embauche. CQFD.

Il est possible de raisonner comme ça, d’invoquer la faute des recruteurs, la discrimination à l’embauche, la concurrence féroce, et tutti quanti.

On peut aussi en remettre une couche et tomber à bras raccourcis sur le système éducatif (irréformable), sur le gouvernement du moment, (toutes tendances confondues, un ramassis d’incapables), sur l’Europe (qui fait ce qu’elle veut), sur le pétrole (qui pollue et coûte un bras), sur les travailleurs détachés (attachés à nos entreprises), sur la concurrence chinoise (qui sabote nos marges et la qualité produit) ouf… n’en jetez plus, la coupe est pleine.

Effectivement, on le peut. Mais où cela conduit-il celui qui cherche un job ?

Nulle part.

Car le problème n’est pas réglé. Et tant qu’il ne l’est pas, rien de concret ne peut émerger si ce n’est rancœur, sentiment d’injustice et l’envie irrésistible de faire porter le chapeau à la terre entière, et donc, à ces fichus CV, forcément inutiles.

Vous vous reconnaissez dans cette situation ou reconnaissez un de vos proches ? Alors, prenez le temps de lire la suite. Pour vous aider à bâtir une stratégie plus efficace que le dénigrement, commençons par détricoter ce réflexe pessimiste courant.

Le réflexe pessimiste : « Les CV ne servent à rien, j’en ai envoyé des dizaines sans résultat. »

Je l’ai observé de multiples fois comme dirigeant de PME et, aujourd’hui encore, lors des échanges d’avant ou d’après conférences, alors-même que le thème de la conférence n’est pas celui-là. C’est dire son importance.

Que révèle-t-il ?

Si vous ne le maîtrisez pas, un des plus redoutables effets du pessimisme est de s’auto-amplifier. Vous développez une vision de plus en plus sombre, vous ne croyez plus en rien, et de moins en moins en vous, votre moral descend dans vos chaussettes et y prend ses quartiers. En un mot, l’avenir se bouche aussi sûrement que le brouillard envahit Londres.

En somme,

1)  Vous pensez que rien ne fonctionne et ne fonctionnera pour vous.

L’absence de résultats crée une spirale négative qui ne cesse de prendre du muscle. D’où l’idée qui, elle aussi, se renforce continuellement : Rien ne marche et ne marchera pour moi, je suis nul, je n’y arriverai pas, etc.

Conséquence : une mécanique redoutable se met en place dans votre tête et sur le terrain (votre action). Quelque chose comme ça :

Vous n’obtenez pas de réponse aux CV envoyés, donc vous râlez mais ne changez rien, donc vous n’obtenez pas de réponse, donc vous râlez plus fort mais ne changez rien, donc vous n’obtenez pas de réponse, donc vous râlez encore plus fort mais ne changez  toujours rien, donc… vous abandonnez !

Plus vous râlez, moins vous agissez, plus vous broyez du noir. Résultat ? Aucun !

2) Vous perdez en combativité

Vous consacrez tellement d’énergie à protester, à vous plaindre, à prévoir des lendemains qui déchantent, à contester ce qui est, que votre énergie s’épuise : votre combativité aussi. Quant à votre envie d’agir et de peser sur les choses, passons…

Finalement, sans vous en rendre compte, vous êtes en train d’alimenter un pessimisme qui augmente sans cesse et vous conduit exactement là où vous ne voulez pas aller. Dommage non ?

Désormais, il est temps d’inverser la vapeur et d’envoyer ce pessimisme au seul endroit où il mérite d’aller : la poubelle.

Oui, il est temps de prendre le taureau par les cornes et de faire de votre CV non plus un adversaire mais un allié.

Voici les premières solutions d’une série de 7 héritées du terrain. On peut toujours en trouver d’autres, mais appliquer celles-ci vous aidera grandement à franchir un cap, dans la réflexion, le discours, l’attitude, la motivation, l’action et… les résultats obtenus.

Jean-Luc Hudry et sa clé SolutionLa solution optimiste :

Remplacez le réflexe pessimiste “Les CV ne servent à rien. J’en ai envoyé des dizaines sans résultat” par un réflexe optimiste et concret “Mon CV est mon allié, je le bichonne”.

Application, là encore, dans la tête et sur le terrain.

1. Abandonnez définitivement la posture de victime

Avant tout, laissez au vestiaire la posture de victime, type Ce n’est pas de ma faute, c’est les autres, laissez-la à ceux qui n’ont pas d’autre os à ronger.

Au contraire, adoptez un discours responsable, fondé sur vos atouts, sur votre envie sincère de décrocher un job, sur votre claire volonté de jouer le jeu et de faire ce qui doit être fait pour obtenir un premier entretien, et plus si affinités.

La posture de victime alimente votre pessimisme, lui-même fondé sur les multiples peurs qui vous traversent. Changez de discours, voyez les choses autrement, de manière plus positive – sans jamais occulter les difficultés – et 100 fois plus efficace. Autrement dit, mettez dans votre tête le bon logiciel.

Car retenez ce principe de vie et de bon sens (qui mérite d’être rappelé)

Une chose est sûre : si vous ne faites rien ou si vous nagez à contre courant, vous n’obtiendrez aucun résultat.

2. Prenez soin de votre CV

Stooooop ! Cessez de croire que les CV ne servent à rien : au contraire ! Il faut juste comprendre leur utilité et les présenter de la bonne manière. Votre CV est un allié précieux. Or, comme tous les alliés, il a ses humeurs. Le soigner avec tact, prendre soin de lui, l’améliorer régulièrement jusqu’à le rendre « sortable » vous fera voyager bien plus loin que d’entretenir une animosité de nulle utilité.

D’ailleurs, faites le test : dès que vous recevrez une réponse favorable pour un entretien (Champagne) vous changerez d’avis en un éclair et ne direz plus que les CV sont inutiles. Car tout n’est que perception des choses : quand on n’a pas de résultats, on critique, on fulmine, on se fait un sang d’encre, et quand les résultats frappent à la porte, on oublie cette posture instantanément, on trouve cela logique et on passe à autre chose. Prenez donc les choses en main, voyez ce qui est, notamment le CV qui n’est qu’un outil, et concentrez vos efforts sur la seule chose qui compte vraiment, votre avenir.

3. Un CV sans fautes d’orthographe… c’est mieux

Généralement les CV ont belle apparence, certains candidats croient utile d’y ajouter une touche de couleur, des formes, des images, etc. Laissons les créatifs s’exprimer et intéressons-nous au reste. Car même si les fautes deviennent courantes dans le monde professionnel – hélas – soumettre votre CV avec plus de fautes qu’une calculette ne compte de boutons est risqué. Vous pouvez être retoqué.

Certes, vous pouvez faire deux fautes par mot et être un excellent professionnel. Mais vous pouvez être un meilleur pro encore en ne faisant pas de fautes du tout… dans votre CV.

En effet, le professionnel s’assure de livrer un travail de qualité. Veillez donc à soumettre aux recruteurs un CV expurgé de fautes. Si vous doutez de votre orthographe, faites-la corriger par un proche : ce petit geste peut avoir de grandes implications. (Et dans le cadre du syndrome de l’arroseur arrosé, merci au lecteur qui repérerait une coquille de bien vouloir la signaler, je tiens à ma crédibilité !)

A retenir : Pour mettre les atouts de votre côté, soignez donc l’orthographe. Votre lecteur n’a pas à endosser les habits de Champollion pour déchiffrer votre CV et, incroyable mais vrai, vous marquez déjà des points.

4. Pour retenir l’attention du recruteur : démarquez-vous !

Un autre sujet majeur que l’on peut approcher ainsi :

Si vous faites comme tout le monde, vous serez en concurrence avec tout le monde. Et traité comme tout le monde.

Pensez à cela, c’est important et souvent décisif. Car au-delà des règles de base à respecter, la philosophie générale d’un CV mis en haut de la pile se résume ainsi :

Montrez “qui vous êtes” et pourquoi le recruteur ferait l’erreur du siècle en vous laissant passer.

Savoir “penser autrement” et “faire mieux avec ce qu’on a” sont des thèmes qui me sont chers tant ils boostent n’importe quelle équipe, n’importe quelle activité, n’importe quelle situation au bureau… et n’importe quel CV. Utilisez ces principes au moment de concevoir votre CV, il bondira d’un coup en qualité et en attractivité pour ses lecteurs.

Au terme de cet article, vous avez de quoi remettre les choses à plat et avancer significativement. Et pour aller plus loin, découvrez la suite de la solution 4 et les solutions suivantes dans Ça va comme un samedi… même le lundi !

Le premier livre d’optimisme pratique (Editions Leduc.S)

Préface : Philippe Croizon

Ca va comme un samedi,même le Lundi, le premier livre d'optimisme concret
  • Architecture du livre : 25 réflexes pessimistes répandus
  • Les comprendre.
  • Les remplacer par 25 réflexes optimistes CONCRETS applicables à 1000 situations. (3 niveaux de progression).

Quelques thèmes parmi les 25 du livre :

Accès aux conférences  

Accès aux vidéos 

 

Une incroyable histoire d’homme et d’entrepreneur au service de vos équipes. Jean-Luc Hudry est plébiscité pour le contenu riche et la forme originale de ses conférences. Accessoires, anecdotes, et humour y sont des invités permanents. Son énergie communicative fait le reste. A 27 ans, tout va bien pour lui. 6 ans d’études de management et la voie royale dans une société américaine. Soudain, l’Adversité bouleverse sa vie : la PME familiale sombre et va vite disparaître. Il quitte alors son poste et devient du jour au lendemain, un entrepreneur confronté à l’enjeu écrasant de tenter de sauver des dizaines d’emplois et le patrimoine de ses parents. Passant par tous les postes, il développe un management inspirant fondé sur un optimisme opérationnel « orienté Solutions » et réussit l’impossible : sauver la société au point de la conduire près de 20 ans, manageant au total plus de 1000 personnes. Mais l’adversité s’acharne et bouleverse encore sa vie via une seconde histoire, inouïe et à l’enjeu vital. De celles qu’on ne souhaite pas à son pire ennemi. Pas le choix, il doit à nouveau affronter les événements les plus durs et rebondir ou… Pendant des années, il persévère, raisonne Solution et transforme les épreuves en opportunités, le stress en énergie, le pessimisme en une détermination qui soulève les montagnes. Et il obtient, là encore, de retentissants succès que personne – absolument personne – ne croyait possibles. Surnommé « le Solutionneur », il est aujourd’hui suivi par des milliers de personnes qui s’approprient ses clés du mieux-vivre dans leur vie personnelle et professionnelle. NOUVEAU : "Ca va comme un Samedi... même le Lundi" est le premier livre sur l'optimisme pratique au bureau et dans la vie personnelle. Conférencier labellisé et membre de l'AFACE. Il est aussi speaker de la Ligue des Optimistes de France et son délégue pour Paris. En résumé, Il aide vos équipes à mieux être et à mieux faire : Optimisme opérationnel, Changement, Motivation, Cohésion et Leadership.