ON EN PARLE

Suivez toutes nos actualités

18 Déc

L’Optimisme en entreprise : Mes collègues sont pessimistes, au secours !

Le premier livre sur l'optimisme concret au quotidien

L’Optimisme en entreprise : Mes collègues sont pessimistes, au secours !

Champagne, vous allez vivre un grand moment.
En effet ce billet débute de la meilleure façon qui soit : il dit du bien de vous !
Mais de qui parle-t-on exactement ?
Des pessimistes, bien sûr !
Incroyable mais vrai, c’est bien à vous que je m’adresse, amis pessimistes, tout arrive, je chante vos louanges, au point de vous reconnaître trois mérites.

Utiles les pessimistes ?

Oui, vous êtes utiles lorsque vous :

1) permettez de prévoir ou d’anticiper les difficultés.

2) servez d’aiguillon en maintenant en alerte celui qui s’assoupit.

3) permettez d’améliorer la compréhension des sujets et, donc, leur traitement.

Vous le savez : L’optimiste a inventé l’avion, le pessimiste a inventé le parachute.

Or, si les parachutes sont moins utilisés que les avions, on a quand  même besoin des deux !
Ceci veut dire que l’optimiste, tout comme le pessimiste, détiennent chacun une parcelle de vérité, ce qui invite à l’humilité et à la mesure.
Et donc que bannir définitivement le pessimisme revient à se priver d’un aiguillon parfois bien utile… à petite dose s’entend.

Maintenant, fermez le ban, la fête est finie, amis pessimistes vous venez de manger votre pain blanc.
Passons à l’envers du décor car le pessimisme, surtout chronique, montre un tout autre visage
Nettement moins séduisant et franchement plombant !

D’où le titre de ce billet :

L’Optimisme en entreprise : Mes collègues sont pessimistes, au secours !

Reconnaissez-le, amis pessimistes, vous en faites voir de toutes les couleurs à vos collègues et collaborateurs tant vous plombez l’ambiance, l’envie, l’action et les résultats. Et, pour paraphraser Audiard, laisssez-moi vous dire ceci :

Pessimiste, mon petit, je ne voudrais pas paraître vieux jeu ni encore grossier, l’optimiste pratique,  parfois rude, reste toujours courtois, mais la vérité m’oblige à te le dire : au bureau, ton pessimisme chronique commence à me les briser… MENUES !

Rustique, certes, mais parlant !

Aussi retenez ceci :

L’optimisme en entreprise naît et se renforce au contact des évènements

Comme dans votre vie personnelle, l’optimisme au travail  trouve sa source et gagne en puissance au contact des évènements, notamment de l’adversité.  C’est là, qu’il devient le meilleur allié de qui sait le bâtir et le diffuser sur le terrain.

Ses vertus et caractéristiques : courage, audace, confiance, motivation, leadership, vision constructive permettent de dépasser ladite adversité, d’en tirer la quintessence, là où le pessimisme jette l’éponge.

Si donc vos collègues et/ ou collaborateurs sont vraiment trop pessimistes, et que vous en souffrez (En fin de conférences, je ne compte plus le nombre de questions sur ce thème, pratiquement une fois sur deux !) cet extrait de   “Ça va comme un Samedi… même le Lundi !” , le premier livre d’optimisme pratique vous aide :

– A comprendre les données du problème.

– A lui appliquer des solutions efficaces.

Très bonne lecture…

Top livre sur l'optimisme
Le premier livre pour pratiquer l’optimisme au quotidien.

Extrait du chapitre :
Je n’en peux plus, mes collègues de bureau sont tous pessimistes !

Mélanie, Julien et David, vos collègues de bureau, ont bien des qualités. Compétents, rigoureux, travailleurs, vous formez avec eux et quelques autres une bonne équipe, enfin… sur le papier, car en réalité il y a un hic : sans raison apparente, vos trois collègues sont pessimistes, indécrottablement pessimistes.

Et vous n’en pouvez plus.

Après des mois de travail intense, votre équipe a bouclé et envoyé au client un magnifique projet. Ils ne s’en félicitent guère, soulignent l’âpre concurrence et rappellent dix fois de suite combien, évidemment, vous avez peu de chances d’emporter l’affaire.

Trois nouvelles vous parviennent.

D’abord, votre première vente en Espagne, l’obtention du prix de l’Innovation et la rumeur d’un changement de législation dans trois ans.

Incroyable, mais vrai, ils se focalisent sur cette dernière nouvelle, totalement hypothétique et dont on ne sait rien, la commentent en échafaudant un tas de suppositions plus défavorables les unes que les autres, disant et répétant à l’envi que tout cela n’augure rien de bon. Et que trois ans, c’est demain !

Résultat : à partir de rien, ils réussissent l’exploit de faire naître le doute et l’inquiétude sur un futur que les deux autres nouvelles, réelles et concrètes, annoncent pourtant florissant. L’art et la manière de casser une dynamique.

Jean-Luc Hudry, Conférencier professionnel

Ensuite, un peu plus tard, vous apprenez que Pierre, un cadre historique de l’entreprise, la quitte. Sans qu’ils se concertent, mais dans un ballet bien réglé, Mélanie, Julien et David accusent le coup, prédisant, une fois de plus, des lendemains qui déchantent. S’appuyant sur des détails qui noircissent le tableau, ils enfoncent le clou : « En plus Pierre connaît tout de la société, c’est la mémoire de l’entreprise, son départ est un désastre, de toute façon personne ne lui arrivera à la cheville », etc.

Vos collègues sont pessimistes et vous êtes à bout de forces ? Quels que soient l’organisation, le niveau hiérarchique, le domaine d’activité, vous trouverez toujours des quantités de pessimistes prêts à vous expliquer pourquoi telle action n’est pas possible et pourquoi vous auriez tort d’essayer telle autre.

La question est donc : dans l’intérêt de tous, y compris du leur, comment agir pour mieux vivre, ensemble, au bureau ?

Comment agir pour mieux vivre ensemble au bureau ?

Pas facile de travailler avec des pessimistes chroniques. Éducation, parcours personnel, superstition ont forgé leur vision négative des choses, c’est ainsi.

Pour eux, rien n’est jamais porteur, rien de ce que vous produisez ne peut rencontrer le succès. Et si par extraordinaire, cela arrive, ils ont la réplique qui tue : « C’est un coup de chance qui ne se reproduira pas ! » Ou encore, « Oui, c’est une belle période, mais elle ne durera pas ».

D’ailleurs, quel que soit le sujet, important ou non, ils sont habitués à ne regarder que les difficultés, les obstacles, le « truc » qui va rendre impossible le succès, comme s’il vous était interdit d’y accéder.

Le pire, c’est qu’ils s’avèrent incapables de déceler les avantages et les points forts d’une situation, d’imaginer des solutions et de saisir les opportunités offertes.

Leur pessimisme est contagieux.

Bien évidemment, à force de travailler avec eux, non seulement l’ambiance est plombée, mais les conséquences négatives sur votre bien-être se font sentir :

  • Votre moral baisse ;
  • Vous ressentez de la fatigue ;
  • Votre enthousiasme et votre motivation se brisent ;
  • Votre envie et votre créativité sont atteintes.

En un mot, bonjour l’ambiance !

Effectivement, vous ressentez de la lassitude à travailler avec des gens viscéralement pessimistes qui vous coupent les ailes chaque fois que vous bougez une oreille ou que vous prenez une initiative. C’est humain, vous souffrez de ce contexte pesant et l’entreprise en souffre aussi.

Alors vous cherchez des remèdes et tombez sur le fameux conseil « fuyez les gens négatifs ». Facile à dire, moins à réaliser, car il vous est difficile de changer d’entreprise au seul motif que vos collègues vous font chausser des semelles de plomb, vous qui rêvez de porter des ballerines.

Dans l’intérêt de tous et pour mieux vivre au bureau adoptez la solution optimiste suivante.

Jean-Luc-Hudry-et-sa-cle-solutionLa solution optimiste :

Je ne donne pas de conseils à mes collègues pessimistes, je leur montre des exemples.

Alors, voici le premier des 4 points de cette solution.

D’ailleurs, vous n’avez pas le choix : vous devez cohabiter et travailler avec des collègues peu stimulants dont l’inspiration principale consiste à jouer les oiseaux de mauvais augure. Inutile de les fuir.

Au contraire : identifiez-les bien et adoptez une tactique pour les faire évoluer en douceur. Cette stratégie positive vous permettra d’aller vers le mieux, d’établir une meilleure ambiance, plus de solidarité entre collègues, plus d’envie de faire des choses et de réussir ensemble.

1.  Sachez identifier les pessimistes

Tous vos collègues pessimistes ne se ressemblent pas. Ils se classent en 3 catégories que vous devez connaître sur le bout des doigts. Bien les identifier vous permettra de mieux travailler avec eux :

  • Les apprentis pessimistes. Le plus souvent jeunes, ils sont peu virulents. Même s’ils sont convaincants, ils peuvent entendre des arguments opposés aux leurs. L’optimiste pourra, à court terme, faire évoluer leurs consciences.
  • Les « Ni Ni ». Ce sont les pessimistes confirmés, ni totalement débutants, ni les plus gradés. Ils ont déjà écœuré bon nombre de collègues et plombé bon nombre d’initiatives. Ils sont ré-cu-pé-ra-bles, au sens où, dans un accès de lucidité, il leur arrive parfois d’entretenir une lueur d’espoir sur un dossier, un client ou un projet. Souvent désabusés, ces pessimistes ont des réflexes bien ancrés. Cependant, il reste de la place à l’optimiste pour les faire évoluer, à moyen terme.
  • Les purs et durs. À leur tableau de chasse des quantités de situations jugées perdantes dès le départ, des quantités d’opportunités manquées et de personnes découragées. Au bureau, ces mordus passent leur temps à débusquer LE truc qui ne va pas, LA nouvelle inquiétante, LE mauvais résultat, LA sombre perspective.

Et même en étant optimiste vous avez autant de chances de faire changer de comportement un de ces spécimens que de devenir astronaute. Toutefois, en optimiste averti, vous ne renoncez pas et inscrivez ce match dans la durée… à cette condition, tous les espoirs sont permis.

Le point 2 de cette solution optimiste est le suivant :

2. Acceptez et aidez vos collègues pessimistes.

Allez plus loin et découvrez la suite dans Ca va comme un samedi… même le lundi !

Le premier livre sur l'optimisme concret au quotidien

 

Autres extraits du livre :

Comment ça va ? Comme un lundi !

Nos enfants vivront moins bien que nous

Accès aux conférences 

Accès aux vidéos 

 

Diffusez l’optimisme en entreprise, partagez cet article 🙂

Une incroyable histoire d’homme et d’entrepreneur au service de vos équipes. Jean-Luc Hudry est plébiscité pour le contenu riche et la forme originale de ses conférences. Accessoires, anecdotes, et humour y sont des invités permanents. Son énergie communicative fait le reste. A 27 ans, tout va bien pour lui. 6 ans d’études de management et la voie royale dans une société américaine. Soudain, l’Adversité bouleverse sa vie : la PME familiale sombre et va vite disparaître. Il quitte alors son poste et devient du jour au lendemain, un entrepreneur confronté à l’enjeu écrasant de tenter de sauver des dizaines d’emplois et le patrimoine de ses parents. Passant par tous les postes, il développe un management inspirant fondé sur un optimisme opérationnel « orienté Solutions » et réussit l’impossible : sauver la société au point de la conduire près de 20 ans, manageant au total plus de 1000 personnes. Mais l’adversité s’acharne et bouleverse encore sa vie via une seconde histoire, inouïe et à l’enjeu vital. De celles qu’on ne souhaite pas à son pire ennemi. Pas le choix, il doit à nouveau affronter les événements les plus durs et rebondir ou… Pendant des années, il persévère, raisonne Solution et transforme les épreuves en opportunités, le stress en énergie, le pessimisme en une détermination qui soulève les montagnes. Et il obtient, là encore, de retentissants succès que personne – absolument personne – ne croyait possibles. Surnommé « le Solutionneur », il est aujourd’hui suivi par des milliers de personnes qui s’approprient ses clés du mieux-vivre dans leur vie personnelle et professionnelle. NOUVEAU : "Ca va comme un Samedi... même le Lundi" est le premier livre sur l'optimisme pratique au bureau et dans la vie personnelle. Conférencier labellisé et membre de l'AFACE. Il est aussi speaker de la Ligue des Optimistes de France et son délégue pour Paris. En résumé, Il aide vos équipes à mieux être et à mieux faire : Optimisme opérationnel, Changement, Motivation, Cohésion et Leadership.