ON EN PARLE

Suivez toutes nos actualités

19 Mar

Salon du Management : Le Spitch du PDG par Jean-Luc Hudry

Lors du Salon du Management j’ai participé à un concours intitulé “Le spitch du PDG” .

En moins de 2 minutes il fallait promouvoir un management inspirant et novateur, applicable au quotidien et répondre à la question : Que feriez-vous en matière de management si vous étiez PDG ? tout en utilisant l’anaphore « Moi PDG »

Après sélection, ce spitch est parvenu en finale et présenté devant un prestigieux jury de PDG.

Découvrez-le… comme si vous y étiez !

 

Transcription de la vidéo « Le spitch du PDG » :

« J’adore mon métier. J’adore ces 3 lettres : PDG

Porteuses d’une méthode Penser « différent » et d’un résultat « Gagner »

Qu’est-ce que c’est Penser « différent » ?

C’est sortir des sentiers battus, casser les codes, voir les situations managériales d’une manière inhabituelle pour mieux les comprendre et mieux décider.

3 exemples de Penser « différent » :

Un jour je regarde mon agenda, complètement surbooké, je n’ai pas une minute de disponible.

Et je me dis « c’est bien, tu t’investis, bravo, mais quand as-tu vraiment le temps de réfléchir ? Jamais !

Et cette révélation me heurte profondément.

Aussi j’invente un outil, un outil extraordinaire, utile à tous, un outil de très haute technologie, à 2,50 €

Moi PDG je distribue ce badge intitulé « Je débranche un moment » pour que chaque collaborateur puisse, quelques minutes par jour, débrancher, souffler et ne rien faire.

Du temps perdu ?

Non, du temps gagné et de l’efficacité individuelle et collective en plus, parce qu’en ne faisant rien quelques minutes par jour, il fait beaucoup pour lui-même, pour ses collaborateurs, ses équipes et pour l’entreprise.

Penser « différent » c’est aussi rebattre les cartes :

Moi PDG je repense la stratégie et je montre aux équipes comment s’appuyer sur le pire pour extraire le meilleur. Et à une question classique par exemple « Comment allons-nous investir le marché japonais ? » cette question devient « Qu’est-ce qui, à coup sûr m’empêcherait d’investir le marché japonais ?

Et là, en listant tous les éléments négatifs, les équipes vont fondre dessus comme un ours sur un pot de miel et elles vont trouver des solutions qu’elles n’auraient jamais trouvées sans cette puissante méthode.

Enfin penser « différent » c’est manier le paradoxe :

Moi PDG l’homme carré, j’aime Cicéron qui disait, et j’en fais ma devise : « Les chefs doivent tout rapporter à ce principe : ceux qu’ils gouvernent doivent être le plus heureux possible ».

Merci et bon vent !