ON EN PARLE

Suivez toutes nos actualités

21 Déc

Optimisme : 5 secrets du manager que vos concurrents rêvent de vous piquer

Jean-Luc Hudry, conférencier management inspirant

Jean-Luc Hudry, des conférences optimistes qui boostent les pratiques managériales

L’optimisme est un ingrédient majeur dans la panoplie du manager. Découvrez ici 5 secrets du manager optimiste que vos concurrents rêvent de vous chiper

Un trésor, une perle rare…
Un manager optimiste qui fait booste tellement votre organisation, vos collaborateurs et vous-même que vos concurrents n’ont qu’une idée en tête : vous le chiper !
Hélas, pour eux, l’optimisme managérial est un de vos fondements et votre trésor n’a aucune envie de quitter un environnement aussi motivant.
Caraaaaamba… se dit la concurrence en se grattant la tête, on n’a plus qu’à nous inspirer de ce premier article d’une série sur les pratiques managériales optimistes, positives et… bigrement efficaces.  C’est déjà ça…

 

Optimisme : secret 1

1- Le manager optimiste appelle un chat un chat et saisit chaque problème…

Combien de problèmes grossissent et vous reviennent dans la figure faute d’avoir été traités ?

Le manager optimiste part d’un principe simple et tant pis si Monsieur de Lapalisse doit en rougir : quand un problème est là, il est là. (Merci pour vos applaudissement nourris, j’y suis sensible.)

Cela devient moins évident lorsque vous voyez certains collègues dans vos équipes (on taira les noms) décider de ne rien décider ou croiser les doigts en espérant que le problème se résolve de lui même. Même à Lourdes, on ne croit pas à ce genre de miracles.

Le manager optimiste lui non plus n’y croit pas. Il voit la réalité et face à toute difficulté ne se pose qu’une question : vais-je l’affronter… ou l’affronter ?

Une fois ce choix délicat effectué, il passe le bleu de chauffe et va au charbon. Est-il étonnant que ses équipes l’adorent ?

Rien de plus normal !

Quand on voyage en avion on est rassurés de savoir qu’il y a un pilote et qu’en plus il « fait le job ».

Dans le même temps, malades de rage, vos concurrents tentent de booster leurs managers pessimistes toujours scotchés au problème comme une moule sur son rocher. Et qui oublient d’agir pour peser sur les choses : ne bougeons pas, on pourrait se planter…

 

Optimisme : secret 2

2- Le manager optimiste gonfle les muscles de son équipe (et son moral aussi)

Manon…

Ok, Manon n’est pas top dans ses présentations orales, entre ses rougissements ses euh et ses je suis désolée, clairement il sait qu’elle n’a pas le niveau dans ce domaine.

Mais il va plus loin.

Il rappelle qu’aucun autre collaborateur n’est capable de produire des synthèses d’une aussi brillante qualité que celles de Manon.

Manon est la reine de la synthèse. Elle est comme le pigeon qui picore des cacahuètes, elle ne perd pas une miette d’un séminaire de deux jours, rien ne lui échappe.

Ses compte-rendus sont des modèles pour les écoles de management. Une grande aide à la décision. Bref, on en redemande.

Certes elle est perfectible à l’oral mais a un talent sur lequel le manager optimiste s’appuie au bénéfice de tous.

François…

D’accord François est un vendeur du genre “rustique”, type vendeur à l’ancienne.

Pas geek pour deux sous mais il connaît son client comme sa poche. Personne d’autre ne sait comme lui faire parler son client de sa vie et tisser des liens avec lui.

Là où un autre vendeur prendrait (au choix) une volée de bois vert ou la porte sur le nez, lui, François, sait calmer le jeu quand il le faut. Y compris s’il faut payer de sa personne autour d’un verre (ou deux).

Bref, vraiment pas à la page François. Le digital est pour lui plus incompréhensible que du chinois ancien. En revanche il comprend tout de l’humain.

Léger détail : depuis 16 ans François est le meilleur vendeur de la société et fait 30% de plus que ses collègues.

A nouveau, le manager optimiste valorise les forces de ses collaborateurs. Il s’appuie sur leurs talents. Il développe leurs qualités et tout ce qui fait que son équipe, malgré ses imperfections, est une super équipe. Ainsi crée-t-il de la valeur individuelle et collective qui augmente encore les capacités et les réalisations de son groupe.

 

Optimisme : secret 3

3- Le manager optimiste prépare la suite… quand le soleil brille

Tout va bien, il n’y a pas le feu au lac, soyez tranquilles.

L’entreprise est profitable, les clignotants sont au vert, c’est quand même pas quand tout marche qu’on va changer une équipe qui gagne.

C’est ce qu’ont pensé tant d’entreprises, parfois de grande taille qui, installées dans la routine, sont passées à côté de l’évolution de la société, des consommateurs et des techniques. Certaines se sont réveillées mais… trop tard.

L’optimisme en management, c’est prendre le temps, quand tout va bien et que les moyens sont là, de lever la tête du guidon et de préparer la suite du film.

Car lorsque les nuages se présentent, s’amoncellent, le temps de réaction diminue, la pression monte, le pessimisme frappe à la porte et là…

Faute d’avoir inscrit cet optimisme opérationnel au rang de valeur d’entreprise, beaucoup ont dû revêtir les gilets de sauvetage.

Et si la concurrence rêve tellement de débaucher le manager optimiste, c’est qu’il sait parfaitement préparer les lendemains alors même que le temps est au beau fixe.

 

Optimisme : secret 4

4- Faire le ménage est un savoir-faire du manager optimiste

Notre objectif est ambitieux et stimulant : nous vendrons notre premier produit sur le marché japonais d’ici 2025, annonce le Président.

Sauf qu’en listant tout ce qu’il y a à faire d’ici là, toutes les ressources à mobiliser et les écueils à contourner, la pêche des équipes retombe comme un soufflet en sortie de cuisine.

Trop long, trop dur, trop loin, trop tout. Le doute apparaît et la conclusion fuse : les poules auront des dents quand on aura réussi à vendre un produit à Ginza ou Shibuya Ku.

Que fait ce manager optimiste que la terre entière nous envie ?

Il prend cet outil indispensable au management : un balai ! Et attaque le ménage.

Pour atteindre ce si beau et lointain objectif, il balaie les données inutiles, les éléments qui encombrent la réflexion et paralysent l’action à date.

Il retient ceux qui font vraiment avancer vers l’objectif sans sombrer dans un océan de considérations et de tâches inutiles à ce stade.

Voir loin ne veut pas dire voir trop loin. Bien au contraire. L’optimisme managérial fait le ménage et ne considère que ce qui permet vraiment d’avancer. Là, maintenant, tout de suite.

Cerise sur le tiramisu, l’équipe peut alors savourer plus de succès, même petits.

 

Optimisme : secret 5

5- Le manager sans humour est comme un sandwich sans pain, quelque chose manque

L’humour est un précieux compagnon du manager positif et optimiste.

Il permet de relativiser les situations, de prendre de la hauteur et même de désamorcer certains conflits.

Bien sûr, nous parlons d’un humour bienveillant, stimulant, et non d’une ironie glaçante.

Faut-il pour autant chercher coûte que coûte, à faire preuve d’humour pour épater le PDG ou votre collègue du bureau C19 ?

Non bien sûr, on l’a vu, l’optimisme managérial renforce et transcende les qualités et talents de chaque collaborateur.

Or, tout le monde n’a pas vocation à amuser les foules, même dans les réunions où la seule envie est de piquer un petit somme. Et personne ne gagne à vouloir jouer un rôle pour lequel il n’est pas fait.

Si donc l’humour n’est pas votre tasse de thé, on vous aime quand même et vous avez bien d’autres quali…thé (merci pour votre indulgence).

Et si, à l’inverse, vous disposez de cet atout qui détend tout le monde, crée de la joie, de l’enthousiasme et même du rire, alors usez-en largement : votre seul risque est d’être pris… en flagrant délire !

Et vous ?

Quels secrets souhaitez-vous ajouter à la panoplie du manager optimiste ?

Faites participer votre entourage. Demandez-lui ses secrets optimistes. La meilleure des pratiques managériales consistera toujours à créer la confiance et l’envie d’agir.

Cliquez ici pour retourner à la page d’accueil

Une incroyable histoire d’homme et d’entrepreneur au service de vos équipes. Jean-Luc Hudry est plébiscité pour le contenu riche et la forme originale de ses conférences. Accessoires, anecdotes, et humour y sont des invités permanents. Son énergie communicative fait le reste. A 27 ans, tout va bien pour lui. 6 ans d’études de management et la voie royale dans une société américaine. Soudain, l’Adversité bouleverse sa vie : la PME familiale sombre et va vite disparaître. Il quitte alors son poste et devient du jour au lendemain, un entrepreneur confronté à l’enjeu écrasant de tenter de sauver des dizaines d’emplois et le patrimoine de ses parents. Passant par tous les postes, il développe un management inspirant fondé sur un optimisme opérationnel « orienté Solutions » et réussit l’impossible : sauver la société au point de la conduire près de 20 ans, manageant au total plus de 1000 personnes. Mais l’adversité s’acharne et bouleverse encore sa vie via une seconde histoire, inouïe et à l’enjeu vital. De celles qu’on ne souhaite pas à son pire ennemi. Pas le choix, il doit à nouveau affronter les événements les plus durs et rebondir ou… Pendant des années, il persévère, raisonne Solution et transforme les épreuves en opportunités, le stress en énergie, le pessimisme en une détermination qui soulève les montagnes. Et il obtient, là encore, de retentissants succès que personne – absolument personne – ne croyait possibles. Surnommé « le Solutionneur », il est aujourd’hui suivi par des milliers de personnes qui s’approprient ses clés du mieux-vivre dans leur vie personnelle et professionnelle. NOUVEAU : "Ca va comme un Samedi... même le Lundi" est le premier livre sur l'optimisme pratique au bureau et dans la vie personnelle. Conférencier labellisé et membre de l'AFACE. Il est aussi speaker de la Ligue des Optimistes de France et son délégue pour Paris. En résumé, Il aide vos équipes à mieux être et à mieux faire : Optimisme opérationnel, Changement, Motivation, Cohésion et Leadership.